Stimuler le système immunitaire pour qu’il combatte le carcinome épidermoïde

SAKK 11/16

Chef de l'étude

Prof. Dr. med.
Olivier
Michielin
Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV
+41 21 314 01 85

Dans le cadre de l’étude SAKK 11/16, nous examinons l’efficacité, la sécurité et la tolérance de l’immunothérapie MVX-ONCO-1 dans les cas de carcinome épidermoïde de la tête et du cou à un stade avancé. Cette immunothérapie se compose d’un vaccin préparé à partir de cellules tumorales du patient inactivées, et de cellules génétiquement modifiées qui sont encapsulées. Les propres cellules tumorales sont prélevées et traitées dans un laboratoire pour les inactiver et les transformer en vaccin. Ce dernier est ensuite administré aux patients dans le cadre de leur traitement. Le système immunitaire réagit à ce dernier en produisant des anticorps dirigés contre les cellules tumorales, ce qui aide le système immunitaire à attaquer et à détruire lui-même la tumeur. Les cellules génétiquement modifiées libèrent des agents immunostimulants apportant une aide supplémentaire au système immunitaire.

L’immunothérapie par le MVX-ONCO-1 n’a été testée sur l’homme que dans le cadre d’une petite étude de phase I. Toutefois, les composantes individuelles de cette immunothérapie, à savoir les cellules tumorales spécifiques du patient, les cellules génétiquement modifiées et les capsules, ont été testées à plusieurs reprises dans des études cliniques.

Cliniques

Toutes les études